lundi 20 mars 2017

Le subjonctif : comment et quand l'employer ?

Le subjonctif est un des quatre modes verbaux personnels de la langue française, parallèlement à l'indicatif, au conditionnel et à l'impératif. Il compte quatre temps, notamment le présent, l'imparfait, le passé et le plus-que-parfait, dont deux (l'imparfait et le plus-que-parfait) ne sont quasiment jamais employés en français moderne. 

le subjonctif


Comment savoir quand l'employer ?

Sauf dans quelques cas, une constante dans l'emploi du subjonctif est la présence de la conjonction que qui introduit le verbe.

Le subjonctif est le temps qui exprime la probabilité, le doute, l'opinion et l'incertitude, au contraire de l'indicatif, qui est le temps de la certitude, des choses réelles, accomplies et sûres. Par conséquent, on l'emploie chaque fois que dans la subordonnée il y a doute.

  • On l'emploie toujours avec certaines expressions et certains verbes, tels :▼
    attendre que, désirer que, souhaiter que, il faut que, il suffit que, exiger que, il est important que, il est peu probable que, il est nécessaire que, il semble que, vouloir que, etc.

    Exemples :

    Je me suis excusée. Maintenant, j'attends que tu fasses de même.
    Il faut que tu sois à l'aéroport à minuit pile pour les recevoir.
    Je veux que tu te souviennes de moi, que tu me sentes près de toi, chaque jour de ta vie.
    Nous exigeons que tu termines tes études avant de partir faire le tour du monde.

    Faites attention ! Le verbe souhaiter demande le subjonctif dans la subordonnée, mais pas le verbe espérer.

  • On l'utilise aussi toujours quand le verbe est introduit par les conjonctions suivantes :
    pourvu que, à moins que, afin que, jusqu'à ce que, avant que, bien que, etc.

    Exemples :

    Je serai ici à 17 heures, à moins que le train ne soit en retard.
    Je ferai de mon mieux afin que je puisse réussir l'examen du premier coup.
    Tu dois rester là jusqu'à ce que le chef ne te dise d'aller.
    Bien que nous soyons contents d'avoir gagné, nous savons que nous aurions pu faire mieux.

  • On l'emploie après certains verbes de pensée et de déclaration à la forme négative ou interrogative, tels penser et croire :

    Je pense qu'il est allé dans l'autre chambre. (indicatif)
    Je ne pense pas qu'il soit encore chez sa sœur. (subjonctif)

    Je crois qu'il me dit la vérité. (indicatif) 
    Crois-tu qu'il dise la vérité ? (subjonctif)

La conjonction QUE

On a dit plus haut que la présence de la conjonction que est une constante du subjonctif, mais il faut ajouter à ce sujet les paroles de Jacques Cellard, auteur de Le subjonctif: Comment l’écrire ? Quand l’employer ? :
Mais on ne peut guère s'y fier aveuglément. D'une part, le même QUE peut précéder un indicatif. Entre deux phrases voisines telles que : Vous souhaitez que nous vous écrivions à ce sujet, et : Vous nous écrivez que vous souhaitez rencontre M. X..., l'analyse dira bien pourquoi le même (?) QUE précède un subjonctif dans le premier cas, un indicatif dans le second.  [...] D'autre part, des emplois assez fréquents (et très corrects) du subjonctif ne sont pas précédés de QUE. Ainsi : Il n'y a que M. X...qui puisse nous tirer d'affaire. Ou encore : M. Y... est le dernier qui sache la vérité sur cette affaire, etc.
La formation du subjonctif

Maintenant que vous avez compris quand l'employer, on va voir comment.

Les terminaisons du subjonctif présent sont -e, -es, -e, -ions, -iez et -ent et on les ajoute à la 3e personne du pluriel du présent de l'indicatif, après avoir enlever -ent. Voici un exemple avec le verbe finir :

3e personne du pluriel du présent de l'indicatif : ils finissent, finiss-
(que) je finiss
(que) tu finisses
(qu') il finisse
(que) nous finissions
(que) vous finissiez
(qu') ils finissent

Faites attention aux verbes irréguliers comme être (que je sois), avoir (que j'aie), aller (que j'aille), savoir (que je sache), pouvoir (que je puisse), faire (que je fasse), etc.

Quant au passé, on le forme avec l'auxiliaire être ou avoir conjugué au présent du subjonctif et le participe passé du verbe concerné. Quelques exemples :

que je sois venu
que tu aies su
qu'il soit resté
que nous ayons dormi
que vous soyez allés
qu'ils aient mangé

Si vous voulez savoir pourquoi en français moderne on n'emploie plus l'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif, attendez le prochain post.

Conseils de lecture :

Abonnez-vous à la newsletter et aimez la page Facebook du blog pour vous tenir au courant des dernières publications !

Continuez à étudier le français entre quat'z'yeux !

11 commentaires:

  1. merci beaucoup, tres util

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour ces bonnes explications !

    RépondreSupprimer
  3. Je vous remercie. C'était très utille pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous ! Continuez à suivre le blog ;)

      Supprimer
  4. Merci pour cet article très intéressant. Mais est-ce que le subjonctif vaut aussi quand c'est introduit d'un "ce que" ? Du style: Il s'en fout de ce que les gens puissent/peuvent penser de lui.

    RépondreSupprimer